Justice en ligne

Envoyez-nous remarques, questions et points de vues sur la justice.

Certains termes du vocabulaire judiciaire vous paraissent compliqués ?

Notre rubrique Lexique vous aidera à mieux les comprendre.

Accéder au site Questions-justice.be

Les articles ci-dessous ont également été publiés dans ce dossier :

Deux lois récentes limitent le secret professionnel des avocats : ce n’est pas souhaitable
par Jean-Pierre Buyle, le 14 novembre 2012

Le secret professionnel est un élément fondamental de notre système juridique, tendant à garantir les droits de la défense. Il n’est pas prévu par la loi dans l’intérêt des avocats mais dans celui des justiciables en général et de la société.

Et pourtant, deux lois récentes ont restreint cette règle du secret professionnel pour des motifs qui, à première vue, peuvent apparaître justifiés en ce qu’ils concernent la protection de personnes potentiellement vulnérables.

Jean-Pierre Buyle, avocat et ancien bâtonnier de l’Ordre français des avocats du barreau de Bruxelles, explique pourquoi, malgré l’importance des intérêts de ces victimes potentielles, cette évolution ne peut être soutenue.

Deux lois récentes, l’une du 30 novembre 2011 et l’autre du 23 février 2012, ont modifié l’article 458bis du Code pénal, en introduisant de nouvelles exceptions au secret professionnel.

Dorénavant, « toute personne qui, par état ou par profession, est dépositaire de secrets et a de ce fait connaissance de certaines infractions commises sur un mineur ou sur une personne qui est vulnérable en raison de son âge, d’un état de grossesse, de la violence entre partenaires (ce dernier aspect n’entrera en vigueur que le 1er mars 2013), d’une maladie, d’une infirmité ou d’une déficience physique ou mentale peut en informer le procureur du Roi, soit lorsqu’il existe un dommage grave et imminent pour l’intégrité physique ou mentale de la personne vulnérable visée, et qu’elle n’est pas en mesure, seule ou à l’aide d’un tiers, de protéger cette intégrité, soit lorsqu’il y a des indices d’un danger sérieux et réel que d’autres personnes vulnérables visées soient victimes des infractions en question et qu’elle n’est pas en mesure, seule ou avec l’aide de tiers, de protéger cette intégrité ».

Cette extension du droit de parler à titre d’exception au secret professionnel est inopportune en ce qui concerne l’avocat.

L’objectif principal de cette initiative législative était d’obtenir que les faits de violence sur des personnes vulnérables et en particulier entre partenaires fassent systématiquement et inconditionnellement l’objet de poursuites. En introduisant une nouvelle exception au secret professionnel de l’avocat et en encourageant ce dernier à dénoncer les faits au parquet, on instrumentalise une fois de plus l’avocat en tentant de lui faire jouer un rôle d’auxiliaire de police. Au même titre que le législateur l’avait déjà fait, en 2004, lorsqu’il décidait d’étendre la législation anti-blanchiment aux avocats en leur imposant, dans certaines limites, des obligations de dénonciation et de collaboration avec les autorités.

Lors des travaux préparatoires qui ont amené le Parlement à modifier l’article 458bis du Code pénal, plusieurs sénateurs se sont émus de cette initiative :
- « A force d’étendre le champ d’application de l’article 458bis à de nouvelles catégories, on finira par vider le secret professionnel de toute substance » (déclaration de Madame Faes au Sénat, Doc. parl., Sénat, 2011-2012, 11 janvier 2012, n° 5-30/4, p. 10) ;
- « Un intervenant se déclare réservé par rapport à l’extension de la dérogation au secret professionnel. C’est une piste toujours glissante : il ne faudrait pas en arriver à une situation dans laquelle le secret professionnel n’offre plus de garantie en faveur des personnes qui se confient. Le secret professionnel est un élément tout à fait fondamental du colloque singulier » (déclaration de M. Mahoux, à lire dans les mêmes documents parlementaires) ;

- « Le secret professionnel est la raison d’être du colloque singulier entre le client et le dépositaire du secret. On a tendance à grignoter le secret professionnel sans avoir une approche globale et cohérente de cette notion. Il ne faudrait pas finir par inverser la tendance en prévoyant une sorte d’obligation de délation dans le chef du professionnel qui, s’il ne dénonce pas, se rendrait coupable d’une infraction » (déclaration de Mme Defraigne, à lire dans les mêmes documents parlementaires, p. 11).

Les représentants des Ordres communautaires d’avocats (les représentants des avocats) qui ont été entendus par la Commission de la Justice du Sénat ont également été très réservés quant à cette modification législative (Doc. parl., Sénat, 2011-2012, n° 5-539/4, pp. 29 et s.). C’est pour deux raisons essentielles qu’ils ont estimé inutile de libérer l’avocat de son obligation de secret professionnel :

- le principe du secret professionnel doit être maintenu, car il est érigé en faveur du justiciable et toute dérogation, aussi minime qu’elle soit, pourrait à terme être dangereuse ;
- le détenteur du secret professionnel, lorsqu’il est confronté à un conflit de valeurs (protection de l’intégrité physique d’un justiciable, par exemple), peut déjà prendre des initiatives, seul ou avec l’aide de son bâtonnier, comme en informer les autorités.

En outre, dans de nombreux cas, lorsque l’avocat est informé par un justiciable de faits punissables dont il a été victime, il conseillera à son client de déposer plainte. Le secret professionnel ne joue dans ce cas aucun rôle. L’avocat qui, au nom de son client, dénonce les faits au ministère public n’enfreint pas le secret professionnel auquel il est tenu. Il exécute le mandat judiciaire dont il a la charge.

La modification législative incriminée n’a de sens pour l’avocat que si ce dernier agit de manière contraire aux instructions de son client, ce qui serait inacceptable. Cela aurait pour conséquence de briser la relation de confiance entre l’avocat et son client et de priver la victime du droit fondamental d’être défendu par l’avocat de son choix et de pouvoir se confier à lui. Même si l’avocat pourrait ne pas être sanctionné sur le plan pénal en cas de dénonciation, il pourrait faire l’objet d’une sanction disciplinaire, dans la mesure où l’obligation au secret constitue une obligation déontologique fondamentale de l’avocat.

Dans un Etat de droit, tout justiciable doit avoir la possibilité de s’adresser à un avocat pour l’aider à déterminer ses droits et obligations et le conseiller utilement. Pour que l’avocat puisse informer son client au mieux de sa situation, le justiciable doit pouvoir se confier en toute liberté et tout lui dire. Ceci ne peut se faire que si le client a la garantie que les informations qu’il transmet à son avocat en vue de la détermination de sa situation juridique ne seront pas communiquées à des tiers, fussent-ils des autorités.

C’est le fondement même du secret professionnel.

Le secret professionnel s’étend à toute information obtenue par l’avocat, en cette qualité, dans le cadre du traitement d’un dossier pour son client, que l’information soit apprise du client ou surprise auprès d’un tiers, qu’elle concerne le client ou une autre partie.

L’article 458bis du Code pénal ne comprend pas d’obligation pour l’avocat de révéler les éléments reçues confidentiellement du parquet. L’avocat décide lui-même en âme et conscience s’il renonce ou non à son secret professionnel et ce quelle que soit la volonté de son client. Il pourrait ainsi passer outre son devoir au secret en se fondant sur l’état de nécessité.

En conclusion, les nouvelles dispositions législatives ayant modifié l’article 458bis du Code pénal paraissent inopportunes, inutiles et malvenues, en ce qui concerne l’avocat. Elles s’inscrivent dans une politique populiste de victimisation. Demain, ne risque-t-on pas de voir encore étendre le champ d’application de cette disposition à la maltraitance des personnes âgées, à la délinquance sexuelle ou la violence entre voisins…

Ce genre d’initiative n’apporte rien de neuf à la problématique du secret professionnel de l’avocat si ce n’est qu’elle en trouble la lecture et la compréhension. Un justiciable peu au fait de la déontologie de l’avocat pourrait voir sa confiance avec son conseil altérée s’il devait apprendre que celui-ci peut révéler au parquet les confidences qu’il lui confie.

Votre point de vue (4 réactions)

  • Le 18 novembre 2012 à 21:30, par skoby

    Je serais assez d’accord avec Monsieur Jean-Pierre Buyle.
    Il faut pouvoir faire confiance en son avocat.

    • Le 24 novembre 2012 à 15:50, par yvonbien

      Je suis entièrement d’accord avec vous en ce sui concerne la confiance en son avocat. J’ai vécu pendant 5 ans la désagréable mésaventure de passer par 6 avocats qui m’ont « pompé » mon argent et ne rien faire « même pas un seul courrier » Résultat plusieurs milleirs d’Eiros perdu et surement irrécupérable !
      J’ai actuellement un(e) jeune avocat(e) qui fait un exellent travail MAIS malheureusement ne peut corriger le MAUVAIS ou travail INEXISTANT des précédants.
      Avouez qu’il extrêmement malheureux de ne pouvoir se déffendre dans ces situations pénible qui vous conduisent droit vers des jugements rendus sans tenir compte de ces manquement dans votre déffense.
      Et malheureusement ces jugement rendu à l’aveugle ont des concéquences irréparables ensuite.
      Un jugement rendu en cours d’appel (pas de majuscule pour ce mauvais de théatre) sur des bases inexistantes mais avec des concéquences sur des enfants qu’ils devront trainer toutes leurs vies qui n’a jamais été porté en cassassion sous le prétexte « on ne vat pas en appel sur un jugement de cours d’appel » ou si vous préférez un avocat qui mérite que son « chef » M. le Batonnier lui casse le cul à grand coups de bottine.
      HONTEUX DE VIVRE PAREIL INJUTICE DANS UN PAYS QUI SE DIT CIVILISE !

  • Le 16 novembre 2012 à 17:00, par Gisele Tordoir

    Etant en procédure actuellement, je connais la problématique : nous avons donné à notre avocat des informations se rapportant bien entendu à notre dossier et cela uniquement pour prouver la véracité de ce que nous lui apprenions. La partie adverse, deux magistrats de Nivelles, use sans scrupule aucun de propos mensongers, diffamatoires quand ils ne sont pas calomnieux. Nous exigeons que la partie adverse fasse la preuve de ce qu’ ils inventent. Tous avons droit à la protection du secret professionnel et cela doit rester d’application. Mais bien entendu lorsqu’il y va de la sécurité de tous l’avocat doit dénoncer le danger que pourrait représenter son client :tellement évident. Il ne faut pas légiférer pour cela...

    • Le 24 novembre 2012 à 15:53, par yvonbien

      Et malheureusement dans la justice de ce pays c’est dans l’échange des éléments et courriers contractictoires que les avocats trouve de quoi vous détruire sans scrupule.

  • Le 16 novembre 2012 à 11:57, par Philippe Forton

    La divulgation par l’avocat d’une confidence qu’il a reçu de son client lorsqu’il existe un péril grave et imminent constitue un principe bien connu et évident. C’est la règle du conflit de valeur. Le législateur n’a rien invité. Et je me demande pourquoi il n’évoque à cet égard que la protection des personnes vulnérables alors que tout un chacun mérite une protection. Ce qui est déjà le cas. L’avocat doit, par exemple, prévenir les autorités si l’un de ses clients lui déclare confidentiellement avoir posé une bombe. La préservation de la vie humaine vaut plus que le respect à tout prix du secret professionnel.

    N’oublions pas non plus que le rôle d’un avocat n’est pas d’aider un client à cacher un délit, mais bien de lui indiquer loyalement le meilleur moyen de régler son cas de conscience et son futur. Pour cela un dialogue confidentiel est indispensable. A suivre le législateur, pour un avocat, défendre son client impliquerait d’abord de lui demander de ne surtout rien lui dévoiler s’il s’agit d’une personne dite faible... Cette loi favoriserait-elle le silence, en lieu et place d’une communication salutaire pour tous ? Si tel est le cas, elle ne permettra pas, en pratique, de faire avancer les choses vers une société plus juste.

    Heureusement, l’avocat, en professionnel responsable, sensible aux droits et obligations qu’impliquent son secret professionnel et son serment, continuera à rechercher avec son client, en confiance et dans l’intérêt de la justice, la meilleure solution.

    Philippe Forton, avocat

  • Le 15 novembre 2012 à 11:26, par Ph. Verheirstraeten

    La réponse à ma question va dans le sens qui justifiait ma question.
    L’article aborde la problématique du nouvel article 458bis CP au regard du secret professionnel de l’avocat ; mais les dispositions critiquées me paraissent tout aussi "inopportunes, inutiles et malvenues" pour tous les professionnels dépositaires nécessaires des secrets qu’on leur confie quel que soit leur secteur d’activité.

Réagissez


Votre message
  • Les messages sont limités à 1500 caractères (espaces compris).

  • Quel est le résultat de l'opération quatre fois trois ? 
  • Je confirme mes engagements énoncés lors de ma première inscription et mon accord aux conditions d'intervention et d'utilisation relatives au site Justice-en-ligne.
Qui êtes-vous ?