Justice en ligne
« DEMAIN Le Palais de justice » : les artistes planchent…
par Paul Martens, le 22 mars 2019

Le Palais de Justice de Bruxelles anime les imaginations et inspire les artistes. Cinquante d’entre eux viennent de publier, sous la coordination de Jean-Pierre Buyle, Dirk Van Gerven et Mikel Goldrajch, un ouvrage offrant autant de planches livrées à leur imaginaire autour de ce monument : DEMAIN Le Palais de justice, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 112 p.

Paul Martens, président émérite de la Cour constitutionnelle et chargé de cours honoraire aux Universités de Bruxelles, Liège et Paris XII, l’a parcouru et l’a apprécié. Voici ce qu’il en dit.

Quel extravagant bidule que ce Palais Poelaert !

Édifié dans la réprobation du petit peuple des Marolles, utilisé dans la résignation par des justiciables et des avocats qui, égarés, s’y voyaient condamnés par défaut, détesté pour sa complication, sa démesure et son emphase, il a suffi qu’un jour on envisageât de le démolir ou, pire, de le « désacraliser », pour qu’on s’aperçût qu’on l’aimait, qu’on ne pouvait s’accommoder de la désublimation qu’impose à nos symboles le désenchantement postmoderne.

Quand on lui a infligé un échafaudage dont on pressent qu’il sera encore là le jour où le palais se sera effondré, on a compris que c’était plus qu’un tas de pierres rebelles, qui commençaient déjà de tomber toute seules, qui risquait de disparaître à jamais.

Alors, pour tenter de résister à la tyrannie des promoteurs, des gestionnaires et des caissiers, la Fondation Poelaerta décidé de s’adresser à ceux qui sont aux antipodes de l’utilitarisme ambiant : les artistes.

Avec cette liberté, cette fantaisie, cette poésie qui n’appartiennent qu’à eux, ils nous offrent 50 œuvres jubilatoires dans lesquelles le Palais se voit successivement virtualisé, embouteillé, bédéisé, sisyphié, playstationné, hyperchromatisé, végétalisé, animalisé, éléphantisé, futurisé, maritimé, paupérisé, détérioré, mythifié, popartisé, muséifié, selfisé, fuséifié, féminisé, érotisé, …

Merci, les artistes, pour ce merveilleux livre dont on espère que, tout autant que l’expression d’une nostalgie, il est la promesse d’une palingénésie (terme vulgaire synonyme d’apocatastase).

Réagissez


Votre message
  • Les messages sont limités à 1500 caractères (espaces compris).

  • Quel est le résultat de l'opération quatre fois trois ? 
  • Je confirme mes engagements énoncés lors de ma première inscription et mon accord aux conditions d'intervention et d'utilisation relatives au site Justice-en-ligne.
Qui êtes-vous ?