Justice en ligne

Envoyez-nous remarques, questions et points de vues sur la justice.

Certains termes du vocabulaire judiciaire vous paraissent compliqués ?

Notre rubrique Lexique vous aidera à mieux les comprendre.

Accéder au site Questions-justice.be
Accueil > Dossiers d’actualité > La preuve par ADN
La preuve par ADN

Justice-en-ligne ouvre un dossier consacré à l’usage de l’ADN dans les enquêtes pénales, et ce grâce au concours de Bertrand Renard, docteur en criminologie, chercheur à l’Institut national de criminalistique et de criminologie et professeur à l’Université catholique de Louvain, et d’Inès Gallala, Chercheuse-doctorante à la Vrije Universiteit Brussel.

Il s’agira de voir en quoi consiste l’ADN et les conditions du recours à ce mode de preuve au cours des procès, avant de se demander si l’on peut refuser de prêter son cours à ce prélèvement et de voir comment la question se pose à l’égard des victimes et des témoins des condamnés, etc. La question de la tenue d’une banque de données en la matière sera aussi abordée, parmi d’autres. Nous tenterons aussi de répondre aux questions d’ordre général qui seraient en rapport avec ce sujet et qui nous seraient posées par nos internautes visiteurs.

Mais commençons par une introduction générale.

par Inès Gallala, Bertrand Renard, le 1er juillet 2018
Après un premier article consacré à la preuve génétique dans les enquêtes pénales , rédigé par Inès Gallala et Bertrand Renard, ces auteurs nous proposent à présent, pour étoffer le dossier consacré à la preuve par ADN, un texte expliquant sur quelle base légale ont été créées des banques de données ADN en Belgique et les principes de base de leur conception. 1. Déjà dans les années 1990, plusieurs commissions d’enquête parlementaire (Dutroux, Tueurs du Brabant) avaient souligné la nécessité de disposer de (...)
Lire la suite de l'article
Dernière réaction le 3 juillet 2018
par Inès Gallala, Bertrand Renard, le 22 décembre 2016
L’ADN est souvent qualifiée de « reine des preuves ». L’actualité récente des attentats de Paris et de Bruxelles montre à quel point l’utilisation des moyens d’identification par analyse génétique est mobilisée dans les enquêtes pénales, que ce soit pour identifier un auteur, que ce soit pour exclure un suspect arrêté, que ce soit encore pour identifier les victimes. Bertrand Renard, docteur en criminologie, chercheur à l’Institut national de criminalistique et de criminologie et professeur à l’Université (...)
Lire la suite de l'article
Dernière réaction le 15 juillet 2018