Accueil > ... > Forum 3706

Oskar Gröning, le « comptable d’Auschwitz », est jugé en Allemagne : quel est le sens de pareil procès ?

27 mai 2015, 12:09, par Francois

On ne peut être poursuivi deux fois pour les mêmes faits sans éléments nouveaux... Dans ce cas précis, il avait été arrêté, puis libéré, dans le cadre de ses activités nazies, de plus à une époque où on ne faisait "pas de cadeaux" du tout, au contraire, vu la fraîcheur de la découverte de l’horreur des camps d’extermination et des atrocités nazies en général, et les moyens énormes investis dans les tribunaux ad hoc.
On connaissait clairement son rôle et il n’a jamais été minimisé.
Il s’est ensuite clairement démarqué, de manière très courageuse d’ailleurs, en s’insurgeant CONTRE le négationnisme, alors que son intérêt évident était de ne plus attirer l’attention sur lui et de se fondre dans la masse.
Et maintenant on viendrait le re-poursuivre pour son passé, alors qu’il l’a déjà été, en vertu d’une loi rétro-active ???
Si aujourd’hui on étend la notion de délits, et c’est une bonne chose, ce n’est pas pour revoir tous les procès et instructions du passé, clôturés après débats contradictoires démocratiques, sans tenir un élément nouveau, même minime !
Ici il n’y a pas d’élément nouveaux du tout, bien au contraire...
De plus nous avons une personne qui a courageusement combattu le négationnisme par son témoignage direct d’acteur du terrain...
Si on le poursuit, on va dissuader les rares témoins / acteurs qui restent d’oser témoigner pour que plus jamais on ne nie ces horreurs.
Franchement, sans avoir aucune sympathie du tout pour le personnage, mais en reconnaissant objectivement son courage, même tardif, je trouve que trop c’est trop...
Je soupçonne fortement ceux qui font un business de la chasse aux sorcières, de chercher à tout prix de nouveaux débouchés au faire et à mesure que s’épuise le champ de leurs indignations.
Des intérêts énormes sont en jeu : des centaines d’associations subsidiées par les pouvoirs publics ou non font vivre quelques milliers de personnes de par le monde de la commémoration du souvenir (et ce n’est pas une critique : c’est un excellent signe de bonne santé de nos démocraties qu’on y consacre les moyens nécessaires).
Des cabinets d’avocats ont été rémunérés directement ou indirectement par les pouvoirs publics à l’occasion des procès multiples (tout à fait justifiés) qui se se sont succédés chaque foi qu’un ex-bourreau a été découvert.
Il reste donc de moins en moins de bourreaux "non jugés" ou encore vivants...
Il ne faudrait pas tomber dans l’excès pour faire tourner le business des bonnes consciences : toute une nation est complice à des degrés divers si on voulait pousser le raisonnement jusqu’au bout...
Élargir les responsabilités pénales plus qu’elles ne le sont déjà, avec effet rétro-actif, est un terrain dangereux, pour la démocratie elle-même.
Banaliser la rétro-activité des lois est chaque foi un risque juridique majeur.
L’art 2 du code civil Belge est une erreur, vu qu’il a été décrété qu’une loi a le même poids qu’une loi (le code civil) : il y a eu des lois rétro-actives, la dernière étant fiscale...
Deux conclusions donc suite à ce débat :
1) Il serait donc urgent que cet article 2 du code civil, que le législateur au départ avait voulu une barrière "incontournable" en le mettant en évidence, passe dans les constitutions de tous les pays d’Europe, à défaut de "européenne"... pour être enfin incontournable !
) Sans fait(s) nouveau(x), ré-ouvrir des instructions clôturées, c’est très malsain : où va-t-on s’arrêter ?

Votre message

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajouter un document